‘Jeanne d’Orléans’ est un nouveau cultivar de framboisier rouge (Rubus idaeus L.) à fructification tardive produisant sur les cannes de l’année précédente, mis en circulation par le Centre deJeanne d'Orléans recherche et de développement en horticulture (CRDH) d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Des essais répétés réalisés à L’Acadie montrent que ‘Jeanne d’Orléans’ produit des framboises à durée de conservation excellente, plus grosses et plus fermes (figure 1) ainsi que plus riches en solides solubles que celles des cultivars commerciaux utilisés comme témoins. Les fruits de ‘Jeanne d’Orléans’ sont également plus riches en antioxydants que ceux des framboisiers déjà cultivés commercialement au Québec (Khanizadeh et al., 2009; Ehsani-Moghaddam et al., 2008).
Le cultivar a été nommé en l’honneur de Madame Jeanne Delisle, pionnière de la culture et du développement des petits fruits chez Les Fraises de l’Île d’Orléans Inc. Située 20 km à l’est de Québec, l’île d’Orléans réputée pour la grande qualité de ses petits fruits et notamment de ses framboises rouges. L’économie de l’île est principalement fondée sur la production agricole et en particulier sur la production de légumes et de petits fruits. L’île est également considérée comme la capitale québécoise de la production fraisière et est renommée pour ses fraises de haute qualité.

Origine
Le framboisier ‘Jeanne d’Orléans’, mis à l’essai sous le code SJR942-7, est une sélection issue d’un croisement entre ‘Meeker’ et ‘Chilliwack’ réalisé en 1994 par S. Khanizadeh. Il fait l’objet d’essais depuis 1997 à l’Université McGill et à la sous-station d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) de L’Acadie, au Québec, ainsi que dans les framboiseraies semi-commerciales contrôlées de nos partenaires privés, Les Fraises de l’Île d’Orléans, à l’île d’Orléans, au Québec (latitude 46oN, longitude 71oW), et la Meiosis Ltd. (Bradbourne House, Stable Block, East Malling, Kent ME19 6DZ), au Royaume-Uni.

Zone d’adaptation et usages

Le framboisier ‘Jeanne d’Orléans’ est recommandé pour le centre et l’est du Canada. Bien que le cultivar se soit révélé assez rustique, nous recommandons une protection hivernale contre le vent.
Le fruit est idéal pour l’autocueillette et le marché du frais. De plus, il est excellent pour l’expédition, étant donné sa longue durée de conservation par rapport à ‘Killarney’, ‘Nova’, ‘Boyne’ and ‘Festival’.

Disponibilité
Un certificat d’obtention végétale du Canada (BPVO 06-5438) et un brevet des États-Unis (US PP 20080263733) ont été délivrés (http://khanizadeh.info/patent/), et des plants sont disponibles auprès des pépinières du Québec détenant une licence. On peut obtenir une licence non exclusive de multiplication auprès d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les pépinières européennes peuvent obtenir une licence de multiplication auprès de la Meiosis Ltd. (Bradbourne House, Stable Block, East Malling, Kent ME19 6DZ), au Royaume-Uni. Aux fins de recherches, on peut obtenir du premier auteur (SK) un nombre limité de plants.
 
Certificat de brevets
Descriptions